UNE NUIT MEMORABLE

Ultime poésie (en prose) 

La lune parut. Je restai longtemps à la contempler. Vers le matin, elle répandait sur les terres et sur les eaux, l'ineffable mélancolie de ses dernières lueurs.

La nature paraît bien grande lorsque, dans un long recueillement, on entend le roulement des ondes sur la rive solitaire dans le calme d'une nuit encore ardente et éclairée par la lune qui finit. Indicibles sensibilité, charme et tourment de nos vaines années, vaste conscience d'une nature partout accablante et partout impénétrable, passion universelle, sagesse avancée, voluptueux abandon, tout ce qu'un coeur mortel peut contenir de besoin et d'ennuis profonds.

J'ai tout senti, j'ai tout éprouvé dans cette nuit mémorable. Là, dans la paix de la nuit, j'ai interrogé ma destinée incertaine, mon coeur agité, et cette nature inconcevable qui, contenant toutes choses, semble pourtant ne pas contenir ce que cherchent mes désirs.

Qui suis-je donc ?

Posts les plus consultés de ce blog

Le cœur sur la main