JE NE SAIS PLUS QUAND, JE NE SAIS PLUS OÙ

La lune semble une clarté qui vient par surprise ;
Le brouillard cache toutes les magnifiques mises ;
C'est la foire, les citadins une chope s'en vont boire,
Au coin du Pont d'Avroy, à la taverne d'un soir.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.

Ils marchaient lentement à travers la ville brune ;
Une ombre derrière, une ombre devant sous la lune ;
Blancheur au couchant, lueur au levant ;
Ici crépuscule, et là Ciel mourant.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.

Bien avant que vienne cette mélancolie ;
Soudain le corps de l'homme en deux se plie ;
Le naufrage guette son corps frissonnant,
Le vent dit : demain ! l'eau dit : maintenant !

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul

Le gaillard assis à la terrasse allonge les jambes ;
Là, le bruit des carrousels abasourdit les tempes ;
Son jeans ne frôlera pas les badauds de cette foire
Et ce n'est là nulle prétention, mais il préfère boire.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.

La pluie s'écrase tout à coup sur le pavé
Au contact duquel on la croyait blinder ;
Voici le moment où flottent dans l'air
Tous ces bruits confus que l'ombre exagère.

Les joutes de la foire cet homme-là délaisse ;
A celles de l'esprit seul, il s'intéresse ;
Ce n'est pas pour dorer davantage son panache,
Nul n'est besoin, celui-ci est sans tache.

 Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.

Des flaques d'argent brillent presque sous les tables ;
On jurerait un vol monstrueux et vague de diables ;
Un prêtre, à travers le vent, suit des yeux cette eau
Maudite et cruelle qui se jette ainsi dans le caniveau.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.

La faim fait rêver les hommes les plus moroses ;
Les enfants reviennent de la foire avec des têtes roses ;
Le torrent répand ses blanches mousseline,
La lampe luit au-dedans, l'homme songe à bonne la cuisine.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Ces citoyens buvaient à en devenir saoul.


























Posts les plus consultés de ce blog

Il n’est pas difficile de vivre quand on aime...