vendredi 19 juin 2015

ON VIT PAR LE CŒUR

Il n’est rien ce reptile; ce serpent à sonnets
Ne fait pas des vers pour la st-Valentin,
Mais il en fait pour fasciner les simplets.
Et partout, on l’appelle Le Malin.

Qu’il laisse tranquille nos femmes,
Nous l’ordonnons évidemment en vers,
Et que jamais plus ne triomphe de nos dames.
Satan, ce jour, il n’y a plus d’arbres verts,

Pour pouvoir conquérir tous ces beaux yeux si doux,
Ces âmes qui se fondent dans l’océan radieux
De ces yeux où le soleil vogue, voyez-vous !
Le fond de leur âme apparaît dans nos yeux

Et point dans les vôtres ; laissez-nous aimer
Qui bon nous semble, d’un amour infini.
Nous glisser chez nos belles afin de s’enivrer
De leur chasteté dont vous avez l’envie.

On ne peut pas empêcher deux âmes de se fondre
Et mon cœur est doux de s’évanouir dans le vôtre,
Madame, au moment de l’orage où la foudre

Ne nous empêche pas d’entrer l'un dans l’autre.